CR ‘Contra Augustinum’ de Z. Herbert (Brigitte Gautier) – 19 mars 2013

Sont présents Elisa Brilli, Édouard Garancher, Brigitte Gautier, Bernard et Micheline Rayne, Servane Rayne-Michel, Catherine Sammarcelli. Paul-Joseph Michel s’excuse de ne pouvoir être présent.

Servane Rayne-Michel ouvre cette séance en reformulant la problématique du séminaire pour la littérature du XXe siècle. Si au Moyen Âge la connaissance d’Augustin est universelle, son autorité, reconnue par tous, Continuer la lecture

CR « Les traductions de la Cité de Dieu au XIVe siècle » (Elisa Brilli) – 26 février 2013

Sont présents Servane Rayne-Michel, Edouard Garancher, Blaise Dufal, Paul-Joseph Michel, Bernard et Micheline Rayne.

SRM introduit le propos en rappelant qu’au Moyen-Age, traduire un texte en langue vernaculaire le rend plus accessible, diversifie son lectorat, par une plus grande diffusion. Nous pouvons donc nous demander quelle lecture de la Cité de Dieu révèle ces travaux.

Textes des traductions du XIVe s. – E. Brilli

Continuer la lecture

CR « Le cycle arthurien : une histoire providentielle ? » (Servane Rayne-Michel) – 12 février 2013

Le cycle arthurien – Textes

Sont présents : Elisa Brilli, Edouard Garancher, Paul-Joseph Michel, Catherine Sammarcelli, Bernard et Micheline Rayne, Julien Gabet, Delphine M.                    

L’importance qu’Augustin accorde à la Providence et les rapprochements qu’il opère entre histoire profane et sacrée seront les deux clés pour une lecture augustinienne des romans arthuriens.

Problématique de SRM : Comment les cycles arthuriens construisent progressivement une histoire dont les origines se trouvent dans les Evangiles et les temps apostoliques, avec une matière éclectique, et dans une optique providentialiste ? Continuer la lecture

CR « Les Romains vertueux chez Augustin et Dante » (Elisa Brilli) – 19 février 2013

Sont présents Delphine Carron, Blaise Dufal, Édouard Garancher, Midoriko Kageyama, Murielle Fabre, Christian Popa, Elisa Brilli, Servane Rayne-Michel. Carlo Ossola, Bernard et Micheline Rayne et Catherine Sammarcelli s’excusent de ne pouvoir être présents ce jour.

Servane Rayne-Michel introduit la séance en rappelant les travaux des semaines passées ; elle rend compte des réactions et commentaires de quelques correspondants du séminaire qui, à cause de leur éloignement géographique, n’en suivent les travaux que par les comptes-rendus. Elle présente le thème du jour en traçant les grandes lignes de la problématique des vertus des païens dans La Cité de Dieu : l’ambiguïté de la position d’Augustin, partagé entre une admiration pour les héros de la civilisation dont il a reçu sa formation, et sa perspective  sub specie aeternitatis, qui lui fait considérer la véritable vertu comme l’apanage de ceux qui ont la vraie foi. SRM illustre cette ambiguïté par deux phrases apparemment contradictoires que l’on peut trouver dans La Cité de Dieu, à propos des vertus des anciens Romains[1].

Continuer la lecture

CR Introduction à La Cité de Dieu – 5 février 2013

Textes Introduction

Sont présents Elisa Brilli, Marjolaine Crochu, Paul-Joseph Michel, Catherine Sammarcelli, M. et Mme Garancher, Bernard et Micheline Rayne.

Servane Rayne-Michel introduit le travail de cette année en le situant par rapport à celui effectué lors des deux années passées, avec l’étude en 2010-2011 des grands points de la pensée augustinienne – l’art du langage, l’herméneutique biblique, les problématiques du théâtre – chez des auteurs comme Racine, Bossuet, Claudel ; en 2011-2012 ce sont les Confessions qui représentaient le point de comparaison, avec l’Historia calamitatum d’Abélard, Dante, le Mémorial de Pascal, La Princesse de Clèves ou La Chute de Camus. Servane RM expose brièvement le contexte de rédaction de La Cité de Dieu, ainsi que les genres littéraires qui y sont représentés.

Continuer la lecture

Augustin dans la littérature

Au cours du séminaire « Augustin dans la littérature » sont étudiés des textes dont la pensée de saint Augustin peut éclairer les dimensions stylistiques, littéraires, antrhopologiques, philosophiques ou théologiques. Y interviennent des chercheurs en littérature qui présentent leurs travaux en cours à un public d’étudiants, de chercheurs et d’auditeurs extra-universitaires, ce afin de favoriser une discussion qui approfondisse l’étude des textes et mette en perspective les problématiques soulevées.