Séminaire 2011-2012

Augustin dans la littérature :

le « modèle » de la confession

Augustin, critique littéraire au XXIe siècle ?

    Après sept séances consacrées à « Augustin dans la littérature » en 2011, le séminaire 2012 a poursuivi le questionnement porté sur la littérature dans une perspective augustinienne : il s’agissait de déterminer si Augustin penseur, écrivain, exégète, prédicateur peut accompagner et nourrir une lecture contemporaine de la littérature.

    « Père de l’Église », Augustin est un des esprits qui ont contribué à donner sa forme et son langage à la pensée chrétienne occidentale. Par lui étaient interrogés les liens que la littérature entretient avec le christianisme : si les œuvres qui se réclament de ce dernier se limitent à l’illustration d’une doctrine, dans quelle mesure il inspire les œuvres qui le contestent ; quel type de liberté est laissé à l’auteur qui écrit au sein d’une culture chrétienne ; quelle place accorder à la théologie dans une lecture moderne d’œuvres qui en sont débitrices ; quel Augustin nourrit la pensée et l’œuvre de tel auteur qualifié d’augustinien.

« Chaque siècle a eu son Augustin »

    Le séminaire, conçu comme une enquête continue à travers les siècles de notre littérature, a étudié divers auteurs ou œuvres à la lumière des réflexions augustiniennes sur la parole, sur le « je », sur l’écriture. La perspective adoptée est celle des Confessions d’Augustin, pour tenter de voir dans quelle mesure elles ont pu constituer un « modèle ».

    La première séance a creusé la problématique à l’aide de quelques textes d’Augustin, en le replaçant dans son contexte. Puis des œuvres littéraires de toutes époques ont été confrontées aux intuitions formulées:  quel Augustin a été retenu ou reconstruit par chaque époque, quelle lecture ou réinterprétation de la pensée augustinienne a nourri chaque auteur.

 

Programme

Le mardi de 18h à 20h – salle de séminaire du pavillon Pasteur.

10 janvier : Introduction aux Confessions – Amélie de Chaisemartin (Ens) et Servane Michel (Paris IV) ;

7 février : « Les Confessions dans l’œuvre de Dante » – Elisa Brilli (Kunsthistorisches Institut in Florenz et GAHOM-EHESS) ;

6 mars : « Les Confessions de saint Augustin : un modèle pourAbélard ? » – Élodie Pinel (Master de philosophie, Paris IV) ;

13 mars : Les Confessions d’Augustin et celles de Rousseau – Jacques Berchtold (Paris IV) ;

20 mars : « Augustin à la Renaissance : le Secretum de Pétrarque » – Christophe Carraud ;

3 avril : « Augustin et Pascal – Hélène Michon (Université de Tours) ;

10 avril : « La Princesse de Clèves et saint Augustin » – Laurence Plazenet (Paris IV et IUF) ;

15 mai : « Baudelaire et le temps » – P. Jean Dubray,

« Baudelaire et la mémoire » – Julien Zanetta (Université de Genève) ;

19 juin : Camus, La Chute comme confession – table ronde modérée par Amélie de Chaisemartin (Ens) et Servane Michel (Paris IV).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *